FTX vendait de faux bitcoins à ses clients

0
296

La-Tribune Economique (faux bitcoins) – Nouvelles révélations dans l’affaire FTX. Lors d’un Twitter Space en présence notamment du crypto-journaliste Ran Neuner de CNBC, l’ex-patron de FTX, Samuel Bankman-Fried a fait une déclaration hors du commun.

« Si je suis un ancien client, j’essaie simplement de comprendre où se trouve mon bitcoin déposé aujourd’hui sur FTX. Est-ce que ce bitcoin était un bitcoin notionnel sur votre plateforme mais l’argent était resté sur Alameda Research? » interroge Ran Neuner.

Dans un premier temps, Samuel Bankman-Fried a confirmé une nouvelle connexion entre les sociétés FTX et Alameda Research, qui devaient rester distinctes. En effet, entre 2019 et 2020, FTX ne disposait pas de comptes bancaires, donc « certains clients » déposaient des fonds sur Alameda Research a admis l’ex-patron de FTX.

« Des jetons fictifs »

En échange, ils recevaient des actifs (notamment un « solde notionnel » sur FTX) qui n’étaient en fait qu’une « suite de chiffre sur un écran ». Ils ne détenaient pas un vrai solde physique sur le marché des changes, car les actifs achetés sur FTX n’étaient pas détenus par FTX.

« Vous nous laissiez simplement acheter des jetons fictifs qui n’existaient pas réellement. Cela expliquerait pourquoi il n’y avait plus de bitcoins à retirer (avant la faillite, NDLR), ils étaient juste fictifs. Vous nous laissiez juste acheter des jetons fictifs qui n’existaient pas vraiment », pointe Ran Neuner.

La réponse de Samuel Bankman-Fried est sans appel.

« Oui, je crois que ce que vous dites est en fait une partie de ce qui s’est passé », admet-t-il.

Pour rappel, en théorie, une plateforme d’échanges de cryptomonnaies doit détenir autant de cryptomonnaies que les utilisateurs ont déposés. C’est notamment en ce sens que certaines plateformes, dont Binance, ont choisi de publier leurs « preuves de réserve ». On sait désormais que FTX ne disposait donc pas d’une quantité nécessaire de cryptomonnaies pour faire face à la demande de ses clients, ce qui a conduit à sa chute.

Pour rappel, FTX était considérée comme la deuxième plus grosse plateforme d’échanges de cryptomonnaies au monde, avec une valorisation de 32 milliards de dollars. Mais vendredi 11 novembre, la plateforme s’est placée sous le régime des faillites aux Etats-Unis, faisant plonger le marché des cryptomonnaies dans le rouge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici