Tourisme alternatif et durable : Les FTAV, FTH, Fi2T et FTGAT avec DRV recommandent un nouveau concept simplifié via un code unifié

0
124

La-Tribune Economique (Tourisme alternatif et durable) – une conférence de presse a été organisée à Tunis, ce jeudi 16mai 2024, afin de présenter les résultats d’une étude portant sur les obstacles juridiques pour le développement du Tourisme alternatif et durable en Tunisie. L’étude a en effet débouché sur 4 recommandations destinées à favoriser le développement du secteur.

Un Tourisme en pleine mutation avec des procédures et des lois archaiques

Bien que les concepts du tourisme changent, en parlant aujourd’hui de tourisme alternatif ou detourisme durable, le secteur est en berne, suite à des difficultés administratives et juridiques rencontrées par les professionnels. « Des lois régissant le secteur du tourisme depuis les années (70) qui ne sont pas mises à jour et manquant de transparence dans la réalisation des projets, avec démultiplication des intrants dans le secteur, sans se soumettre à des autorisations…

A titre d’exemple, il y a en Tunisie, environ 2000 Maisons d’Hôtes et Gites ruraux dont 108 seulement sont dans la légalité, tellement les procédures sont difficiles et inappropiées. L’éventail des infractions est large…

Mehdi Hachani, président de la FTGAT

Dans ses Explications, Mehdi Hachani, président de la Fédération des Guides Agréés du Tourisme (FTGAT) avoue que le guide touristique en Tunisie trouve beaucoup de problèmes dans l’exercice de son métier suite à la rigidité des procédures administratives. Il estime que le touriste d’aujourd’hui n’est plus celui d’antan, puisqu’il exige un minimum de confort et propreté, comme l’a appelé, le « Real Life » quand il voyage vers tel ou tel pays. C’est la raison pour laquelle il exige la modification des lois, afin de « donner au guide touristique une marge de liberté dans l’exercice de son métier ».

Ahmed Ben Taieb, président de la FTAV

Pour sa part, Ahmed Ben Taieb, président de la Fédération Tunisienne des Agences de Voyage (FTAV), affirme qu’actuellement le nombre de séjours a augmenté, alors que les lois régissant le secteur sont rétrogrades, voire inadaptées à l’évolution du secteur.

Ben Taieb a insisté sur la nécessité de redynamiser l’Instance supérieure du Tourisme dans le but de valoriser les produits touristiques dont jouit le pays.

L’étude et ses recommandations

Cette étude avait été commandée par la FTAV (Fédération tunisienne des agences de voyages) avec le soutien de la DRV (Association allemande des voyagistes) dans le cadre d’un comité inter-fédérations qui a rassemblé les 4 principales fédérations professionnelles du tourisme (FTAV, FTH, Fi2T et FTGAT) qui ont été représentées lors de la conférence par leurs présidents respectifs.

Au niveau de ses conclusions, l’étude formule des recommandations que les professionnels appellent de leurs vœux à trouver écho auprès des autorités compétentes.

Un Code du Tourisme (unique)

Les recommandations portent essentiellement sur l’élaboration  et la promulgation d’un «Code du Tourisme» unique comprenant un chapitre spécifique dédié au tourisme alternatif et durable

  • « permettant de mettre fin au labyrinthe procédural actuel et de garantir une meilleure cohérence des règles et procédures à suivre par les acteurs du secteur ».

Ce code s’assigne pour objectif de simplifier le suivi et le contrôle de l’activité par les ministères et organismes concernés.

Une plateforme digitale pour Simplifier les procédures

 Aussi il a été recommandé de simplifier les procédures relatives à cette activité à travers la mise en place d’une plateforme regroupant tous les intervenants pour le suivi des dossiers déposés avec un droit de suivi instantané.

Une meilleure gestion des certifications environnementales

La simplification des procédures devrait permettre aussi une meilleure gestion des certifications et des procédures relatives à l’octroi des autorisations, lesquelles diffèrent actuellement, d’une région à une autre et imposent des formalités administratives disparates.

Un appui financier pour la mise à niveau du secteur

L’étude a appelé en outre, à encourager, accompagner et promouvoir le tourisme alternatif et durable en apportant un appui au niveau de la commercialisation et de la promotion (marketing) de manière à soutenir les projets, et ce,

  • en apportant un appui financier pour la mise à niveau du secteur.

La création de structures mixtes

Il est aussi opportun, d’installer et de démarrer d’une manière effective et d’accompagner les nouveaux projets au niveau régional et local durant tout le processus de création de l’activité à travers la création de structures mixtes regroupant tous les acteurs concernés (ministère, structures régionales de l’ONTT, fédérations, associations, experts…).

Créer des projets labellisés

D’après la même étude, il est nécessaire de créer des projets labellisés

  • et d’appliquer les normes dans le but de faciliter l’obtention de certifications environnementales ou de labels de qualité,

ce qui est de nature à promouvoir la durabilité et la protection de l’écosystème tout en développant le secteur touristique de manière responsable.

Ahmed Ben Taieb, Pt de la FTAV en Vidéo :

Mehdi Hachani, Pt de la FTGAT en Vidéo :