Va-t-on bientôt assister à la fin du cash?

0
233

La-Tribune Economique ( fin du cash) – À l’ère du numérique, l’argent liquide est de moins en moins utilisé. La crise du coronavirus a grandement participé au déclin du cash. Mais est-il carrément voué à disparaître ?

Selon la société Batopin (un projet de Belfius, BNP Paribas Fortis, ING et KBC), la moitié des Belges (48 %) n’ont en poche qu’entre 0 et 20 € maximum. Et il devient de plus en plus difficile de trouver un distributeur près de chez soi. Depuis le 1er juillet 2022, il est désormais possible de pouvoir payer électroniquement dans tous les commerces belges. On voit également le liquide disparaître à certains endroits. Depuis le 15 janvier, il n’est par exemple plus autorisé de payer en cash aux caisses automatiques des magasins Delhaize. À partir du mois de mai, on ne pourra plus payer son ticket en liquide à bord des trains. Les paiements en espèces ont également été limités à 3.000 €.

Des conséquences importantes

La disparition totale du cash inquiète beaucoup de monde car elle aurait des conséquences importantes sur notre quotidien. À commencer par les commerçants car les transactions par carte leur coûtent de l’argent. Certaines personnes sont également très dépendantes du cash, comme les seniors, des personnes en situation de handicap ou des personnes précarisées pour qui gérer un budget à l’euro près est plus facile en cash.

La fin de l’argent liquide signifierait aussi la fin des retraits aux distributeurs. Notre argent serait donc encore davantage contrôlé par les banques. « Si on ne peut plus retirer de cash de son compte, on pourrait par exemple nous imposer des intérêts négatifs sur l’ensemble de nos dépôts. Ce qui existe déjà, d’ailleurs, pour des montants élevés », explique Anne Fily, membre de Financité, à la RTBF. Le cash, qui est émis par les banques centrales, est un bien public, qui appartient à tous. Le système bancaire est quant à lui privé.

Bien sûr, la fin du cash permettrait aussi d’éviter les fraudes et le travail au noir, selon ses partisans. Et puis le liquide, ça coûte cher, et pas seulement pour les banques, relève Febelfin, la Fédaration belge du secteur financier : « Le cash coûte à chaque Européen environ 130 € par an. Ce montant implique la production, la distribution et la sécurisation du cash ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici