Selon Bilel Sahnoun, DG de la Bourse de Tunis, la participation étrangère est certe faible (21%), mais stable et stratégique

0
75

La-Tribune Économique (Bilel Sahnoun) – La participation étrangère à la bourse de Tunis demeure stable, en dépit de son faible niveau, a souligné le Directeur Général de la Bourse de Tunis, Bilel Sahnoun qui a précisé que le code des changes renforcera cette participation concomitamment avec la diversification de nouveaux produits.

En effet, dans une interview accordée à la TAP, Bilel Sahnoun a précisé que la participation étrangère au sein de la bourse de Tunis a frôlé les 21% en 2023, restant à peu près sur le même niveau enregistré en 2022 (20%).

Ainsi, Sahnoun affirme  que la participation étrangère est stable et stratégique et qu’elle ne connait pas des fluctuations.

Une réelle attractivité pour les investisseurs, notamment les étrangers

Dans le même contexte, Sahnoun a ajouté que la participation étrangère non stratégique ne dépasse pas 1% de la capitalisation boursière. Il a aussi mis l’accent sur le rôle du nouveau code des changes dans la promotion de l’investissement étranger, soulignant l’importance de fournir la liquidité, qui constitue un indicateur positif sur les marchés financiers.

Sahnoun a fait remarquer que la bourse de Tunis a fourni les moyens nécessaires pour permettre une réelle attractivité pour les investisseurs, notamment les étrangers, et ce, à travers la réduction de la période entre l’opération d’achat et de vente, passant de trois à deux jours.

« Cette mesure appliquée par la Bourse de Tunis, à l’instar des autres bourses internationales, permet de fournir des capitaux en contrepartie de la vente des actions en bourse », a-t-il expliqué.
Il a indiqué que la liquidité enregistrée au niveau du marché boursier compte faible, notamment en terme du volume des actions échangés, faisant savoir que la capitalisation est moins de 18% du PIB, alors qu’elle est à hauteur de 50% dans d’autres pays.

Pour un élargissement du nombre des entreprises cotées en bourse des deux secteurs « public et privé »

Sahnoun a appelé, à ce propos, à élargir le nombre des entreprises cotées en bourse des deux secteurs public et privé, ainsi que la liste des investisseurs à travers la promulgation de nouvelles lois.
Dans sa réponse à une question sur les législations nécessaires pour promouvoir le secteur de la bourse, Sahnoun a affirmé que l’accent doit être focalisé sur la loi régissant le marché financier de Tunis qui remonte à l’année 1994, d’autant plus que plusieurs évolutions ont été enregistrées, notamment dans le domaine de l’industrie financière et des produits.
Il a dévoilé que la bourse de Tunis œuvre actuellement à développer de nouveaux produits relatifs à l’investissement collectif dans les fonciers et les fonds d’épargne, qui sont destinés aux entreprises, tels que les comptes d’épargne en actions des sociétés. Ces projets, a-t-il expliqué, une fois adoptés, auront un impact important sur le marché boursier et en matière d’attraction des investisseurs et de nouvelles entreprises, notamment avec la faiblesse des opérations d’introduction en bourse.

Il a relevé que le marché boursier a montré sa résilience face à plusieurs défis endogènes et exogènes, formant ainsi un message rassurant aux entreprises de deux secteurs, aux particuliers et aux investisseurs à l’étranger.
Le financement fournis sur le marché boursier peut être moins coûteux par rapport aux banques, qui imposent un taux d’intérêt élevé, a-t-il noté, ajoutant que la bourse de Tunis peut mobiliser des moyens de financement des projets ou financer les activités d’exploitation des sociétés.
Il a rappelé que la bourse de Tunis ne se contente pas au financement des grandes entreprises mais également aux PME et aux particuliers.

Vers la diminution des risques et vers plus de rentabilité

Sahnoun a conclu que « la Bourse de Tunis œuvre à élaborer un ensemble des produits et des fonds d’investissement, qui sont moins risqués par rapport à l’investissement en actions et plus rentable par rapport à l’épargne traditionnel ».

L’indice de référence de la Bourse de Tunis, « Tunindex » s’est rétabli ces dernières semaines enregistrant une hausse de 2% depuis le début de l’année 2024, a indiqué le Directeur Général de la Bourse de Tunis, Bilel Sahnoun.

Les débuts d’année difficile des marchés boursiers mondiaux

Sahnoun a ajouté que la plupart des indices boursiers mondiaux connaissent une baisse au début de chaque année. Et d’expliquer que le Tunindex qui débute l’année sur une trajectoire baissière a enregistré par la suite une progression avec la publication des indicateurs financiers des sociétés cotées et la distribution des dividendes puis il a régressé de nouveau jusqu’à la reprise de son rythme haussier avec l’amélioration des portefeuilles des sociétés et des banques cotées.
Sahnoun a souligné que l’indice boursier enregistre actuellement une progression et ses pertes cumulées ont baissé depuis le début de l’année 2024.
Pour le responsable, cette performance peut s’améliorer, d’autant plus que les investisseurs attendent la publication des résultats financiers de l’année 2023 et la tenue des assemblées générales pour distribuer les bénéfices.
Evoquant la possibilité que le Tunindex franchisse la barre des 9000 points, le responsable a affirmé que l’indice de référence de la Bourse de Tunis peut atteindre ce niveau mais ceci reste tributaire de la situation économique et de la performance des sociétés cotées.

Le directeur général de la Bourse de Tunis, Bilal Sahnoun, a déclaré que les sociétés cotées ont résisté aux difficultés économiques et à la guerre russe, en particulier aux défis climatiques aussi qui ont provoqué la persistance de la sécheresse, et son impact sur le secteur agricole.

Résistance du Tunindex sur les 3 dernières années

En répondant à la question sur les résultats de la bourse en 2023 et la préparation des données pour le premier trimestre 2024, Bilel Sahnoun affirme que l’indice principal de la Bourse de Tunis a, à son tour, résisté pour la troisième année consécutive par rapport aux marchés similaires en Tunisie. L’activité boursière a été globalement positive, qui se manifeste à travers la hausse de l’indice Tunindex de près de 7 % en 2023, contre 15 % en 2022 et 2 % en 2021, a-t-il noté.
Les résultats des sociétés cotées seront communiqués fin avril 2024, notamment après la publication des états financiers des sociétés cotées pour 2023, a-t-il encore précisé.
Sahnoun a fait observer que les résultats actuellement déclarés au niveau de la bourse de Tunis montrent que le chiffre d’affaires des sociétés cotées a augmenté de 7% par rapport à la même période en 2022, alors que les résultats obtenus au premier semestre de 2023, ont enregistré une hausse de 4% au niveau des bénéfices. Il a souligné que la résistance de la bourse se reflète dans les données de l’indice Tunindex et sera confirmée par le chiffre d’affaires de 2023 et les résultats annuels des sociétés.