La fuite des talents et des Start-Ups… au 25e Forum International de Réalités

0
156
    • Au 25e Forum International de Réalités, Najia Gharbi, Kais Sellami, Maher Kallel et Slim Ben Youssef évoquent la fuite des Cerveaux

La-Tribune Economique (La fuite des talents et des Start-ups) – au 25e Forum International de Réalités, ciblant la Tunisie face aux mutations géopolitiques à l’ère de la digitalisation, un thème essentiel a été abordé, lors d’une table ronde intitulée :

La fuite des talents et des Start-ups… Une menace pour l’économie tunisienne

La problématique, soulevée par des experts et leaders du monde entrepreneurial, révèle une question brûlante pour la Tunisie. La quête d’une solution à ce défi complexe est plus pressante que jamais.

Najia Gharbi : « La politique de change, un frein majeur »

Najia Gharbi, la Directrice Générale de la CDC, a ouvert la discussion en affirmant sa compréhension de la fuite des cerveaux et a souligné les efforts entrepris depuis 2020 pour retenir les talents en Tunisie, en proposant des mécanismes de financement. En 2018, la création de la loi Startup Act a posé les bases juridiques du fonctionnement des startups. Cependant, il est devenu impératif de renforcer simultanément le soutien à l’écosystème et les investissements.

L’objectif est clair : anticiper le départ inévitable de certaines startups tout en leur offrant les moyens de conquérir le marché mondial. « Un fait révélateur émane de la Startup Genom, une entité évaluant les écosystèmes mondiaux, montrant que l’écosystème tunisien a grimpé de 10 places dans le classement de 2020 à 2023.

Avant cette ascension, la Tunisie était largement ignorée dans le rapport Genom. Elle se classe désormais parmi les 15 premiers au niveau mondial et en tête de la région MENA », a annoncé la directrice générale de la CDC.

L’écosystème tunisien, bien qu’encore en phase d’activation, aspire à une expansion rapide. Le souci principal demeure : la perte potentielle de ces talents. « L’obstacle majeur réside dans la réglementation de la politique de change, qui ne favorise pas le financement en dinars pour les startups » a assuré Najia Gharbi.

Kais Sellami : « Quid de la fuite des compétences ? »

Kais Sellami, PDG du groupe Discovery, a ensuite partagé des perspectives cruciales sur la fuite des compétences. Il a rappelé que « ce phénomène a débuté en 2011, s’est accentué en 2017/2018, puis a marqué un ralentissement pendant la crise du COVID-19 ». Cependant, 2022 a vu une accélération alarmante avec plus de 30 000 compétences numériques quittant la Tunisie pour la France, le Canada et l’Allemagne. « Les raisons de leur départ sont variées, allant des facteurs économiques et politiques à des préoccupations environnementales, en passant par la qualité des soins de santé et de l’éducation primaire pour leurs enfants, ainsi que les niveaux de rémunération », a assuré Kais Sellami.

Meher Kallel : « L’accord avec l’Italie et les pressions économiques »

Maher Kallel, président de l’Association Open Data et président de Carthage Business Angels, a ajouté que le phénomène risque de s’amplifier exponentiellement avec l’accord entre la Tunisie et l’Italie. « Les conditions de vie ont régressé pour la classe moyenne tunisienne, qui est en passe de devenir une classe défavorisée. Cette inquiétude pour l’avenir de leurs enfants a déjà poussé des familles entières à partir. Cet espoir qui s’estompe depuis la révolution ne fait qu’aggraver la situation », a expliqué Maher Kallel.

Slim Ben Youssef : « La diaspora étrangère et l’attrait de la Tunisie »

Slim Ben Youssef, entrepreneur français d’origine tunisienne, a noté que la diaspora étrangère, principalement tunisienne, est de plus en plus présente dans les universités, en particulier dans les départements d’économie et de droit. « Ces étudiants se rendent compte que l’écosystème français n’est pas nécessairement plus accueillant que ce qu’ils ont laissé en Tunisie. L’incertitude, l’instabilité politique et la concurrence internationale poussent également les talents français à chercher des opportunités à l’étranger », a nuancé Slim Ben Youssef.

Alors que la diaspora française cherche à faire ses preuves à l’étranger, la Tunisie se positionne comme un territoire favorable au développement, offrant un potentiel de croissance inestimable.

En résumé, le défi de retenir les talents en Tunisie reste complexe, mais des opportunités existent pour transformer cette fuite des cerveaux en une réussite des startups, renforçant ainsi l’économie tunisienne à l’ère de la digitalisation.

Source : Réalités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici