Classement des banques cotées par bénéfices nets en 2022

0
124

La-Tribune Economique (Classement des banques cotées) – Au terme de l’exercice 2022, la capacité bénéficiaire des banques cotées ressort renforcée de 17,6% (+203,4 millions de dinars) avec une masse de bénéfices de 1.356 millions de dinars, contre 1.153 millions de dinars en 2021.

Les banques cotées n’ont pas encore retrouvé leur masse bénéficiaire de 2019 qui a été de 1.375 millions de dinars. Toutefois, ceci n’est pas le cas pour les banques privées dont la masse bénéficiaire de 2022 a atteint 1.015 millions de dinars, contre 947 millions de dinars en 2019. En revanche, le total des bénéfices des banques publiques s’établit à 341 millions de dinars, contre 428 millions de dinars en 2019.

Le taux de marge nette des banques cotées (bénéfices/PNB) s’est apprécié de 1,1 point de pourcentage par rapport à 2021 pour se situer à 21,9% mais reste en deçà de la période 2014-2019 avec un record de 30,1% en 2017.

Les banques vont distribuer en 2023 des dividendes de 595 millions de dinars, soit 44,3 millions de dinars de plus qu’en 2022 avec l’hypothèse de non-distribution de dividendes par la BNA. Ces dividendes représentent 44% de leurs bénéfices réalisés en 2022, contre 48% l’année précédente. La BIAT et Attijari bank représentent 62% de l’ensemble des dividendes distribués.

Le PNB (Produit Net Bancaire) des banques cotées s’est apprécié de 644 millions de dinars (+11,6%) à 6.188 millions de dinars et ce, suite à l’augmentation du PNB des banques privées de 14,9% (+510 millions de dinars) et des banques publiques de 6,3% (+134 millions de dinars).

La hausse du PNB a profité de la croissance de :

  • La marge d’intermédiation financière de 7,5% (+12,7% pour les banques privées et +0,2% pour les banques publiques)
  • La marge sur commissions de 4,9% (+7,6% pour les banques privées et -0,4% pour les banques publiques)
  • La marge sur gains de change de 38,2% (+39,6% pour les banques privées et 34,1% pour les banques publiques)
  • Les revenus du portefeuille titre de 20% (+18,1% pour les banques privées et 23% pour les banques publiques.

Les charges opératoires, composées des frais de personnel, des charges générales d’exploitation et des dotations aux amortissements sur immobilisations, ont évolué de 5,7% (+151 millions de dinars à 2.787 millions de dinars.

La croissance du PNB de 11,6% a été accompagnée d’une élévation du coût du risque de 20,4% à 1.344 millions de dinars, soit des dotations additionnelles par rapport à l’année 2021 de 228 millions de dinars, dont 65 millions de dinars émanant des banques privées et 163 millions de dinars à la charge des banques publiques.

Les nouvelles exigences de la Banque Centrale sur les provisions collectives (sur créances saines) ont sensiblement pesé sur le coût du risque final des banques en 2022.

A cet égard, le résultat d’exploitation ressort, tout de même, en amélioration de 14,2% à 2.098 millions de dinars. Les banques publiques ne représentent que 28% du résultat d’exploitation agrégé des banques cotées.

Les charges d’impôts sur les sociétés (IS et contribution sociale de solidarité), cumulées aux divers autres pertes ordinaires et extraordinaires nettes, ont totalisé 742 millions de dinars, soit 58 millions de dinars de plus qu’en 2021. Par conséquent, la rentabilité financière (ROE) passe de 10,9% en 2021 à 12% en 2022, contre 15,8% en 2019

Par ailleurs, à fin décembre 2022, l’encours net des crédits à la clientèle des banques cotées a augmenté de 7,4% (+5.671 millions de dinars) atteignant 82,8 milliards de dinars et ce, après une progression de 4,7% en 2021.

Cet accroissement a été de 9,1% (+3.014 millions de dinars) pour les banques publiques (BNA, BH Bank, STB et BTE) et de 6,1% pour les banques privées. En variation absolue, la STB a enregistré la plus forte hausse des crédits nets en 2022 avec un additionnel de 1.129 millions de dinars.

Les emplois des banques cotées, sous forme de titres, ont évolué de 18,2% (contre +30,5% en 2021) à 20,9 milliards de dinars, soit un accroissement de 3.226 millions de dinars, dont 838 millions de dinars par les banques publiques et 2.388 millions de dinars par les banques privées. La BNA a réalisé les plus forts investissements en titres avec un surplus de 1.443 millions de dinars.

Côté ressources, les dépôts des banques cotées ont évolué de 8,7% (contre 8,2% en 2021) à 85,1 milliards de dinars, soit un additionnel de 6.806 millions de dinars provenant d’un accroissement de la collecte des banques publiques de 10% (+2 761 millions de dinars) et de 8% (+4 045 millions de dinars) des banques privées. La BNA a enregistré la plus forte progression avec une collecte nette de 1 165 millions de dinars.

Le total bilan des banques cotées, a augmenté de 9.880 millions de dinars en passant de 109 milliards de dinars en 2021 à 119 milliards de dinars en 2022. Notons que pour la première fois, le total bilan d’une banque tunisienne dépasse la barre des 20 milliards de dinars, en l’occurrence la BIAT.

Source : Il boursa

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici