TICAD 8 — Focus sur les projets présentés par le gouvernement Tunisien: Les grands chantiers économiques

0
876

La-Tribune Economique (TICAD 8) – Les projets de développement présentés par le gouvernement tunisien s’inscrivent dans une stratégie de court et long termes dont les objectifs généraux sont le développement, l’infrastructure, la santé, l’éducation, l’innovation, la protection des ressources et des écosystèmes, le suivi de la conservation de l’environnement, l’amélioration du cadre de vie de la population et la mise en œuvre des plans relatifs au changement climatique.

La poursuite de ces objectifs passe par la réalisation d’une série de projets sous le signe des réformes visant à mettre en place une société plus juste et plus ouverte. Le gouvernement tunisien a mis l’accent sur l’engagement de poursuivre les réformes nécessaires pour instaurer le climat idoine à la reprise économique et d’encourager l’investissement national et étranger.

Parmi les projets phares qui seront proposés lors de la Ticad 8, l’infrastructure bénéficie d’une attention particulière. Ainsi, l’autoroute reliant Bousalem à la frontière algérienne aspire à  relier la Tunisie au reste des pays du Maghreb, les corridors économiques visent à réduire les inégalités entre les régions à travers le développement de l’infrastructure routière,  le pont reliant l’ile de Djerba au continent au niveau d’Al Jorf, la création d’une académie tuniso-japonaise-africaine de formation en matière d’infrastructure de qualité, la Zone-franche de Ben Guerdane ou la plateforme de la société des marchés de  production du Centre, figurent parmi les projets structurants qui vont dessiner le nouveau visage de la Tunisie.

Sur le plan technologique, la Tunisie, qui est la première économie innovante en Afrique du Nord réputée pour la qualité de son infrastructure numérique et 3e en Afrique qui dispose d’une concentration technologique inédite sur le continent africain, aspire à concevoir, construire et lancer un nano-satellite IoT tunisien et promouvoir la coopération avec le Japon dans ce domaine.

Ligne de financement des besoins en fonds de roulement structurels des PME

Sur un autre plan, le projet de création d’une Banque de financement des PME est un nouveau mécanisme financier que la Tunisie compte déployer pour subvenir aux besoins des entreprises en liquidité afin de garantir une production stable et continue surtout dans le contexte économique turbulant qu’endurent ces entreprises suite à la crise sanitaire.

Environnement

Avec de multiples projets orientés vers l’amélioration de l’environnement, le gouvernement tunisien envisage la construction d’une station de traitement complémentaire des eaux provenant de la station d’épuration des eaux usées de Gabès avec une capacité de 6.000 mètres cubes, une unité de traitement et de valorisation des déchets ménagers et assimilés à Mahdia, la réalisation d’une unité de traitement et de valorisation (UTV), la création d’une unité de recyclage des piles usagées et ce en vue de l’élimination des dépotoirs sauvages dans les gouvernorats de Mahdia, Monastir, Sousse et Kairouan qui représentent une réelle problématique environnementale vu leurs proximités des zones touristiques et des régions humides.

Veille et gestion des crises

Afin d’appuyer les capacités du pays dans la prévention, la préparation et la réponse aux catastrophes et crises, la création d’un centre national de veille et de gestion des crises vise une meilleure capacité à détecter ces crises et sa bonne gestion.

Programme de bourses d’études internationales

Attirer les étudiants africains en vue de consolider davantage l’internationalisation des universités tunisiennes, et ce, sur la base d’indicateurs objectifs qui concernent les programmes de coopération internationale, le financement extérieur, la mobilité des professeurs entre la Tunisie et l’étranger est une nouvelle niche pour mobiliser de nouveaux revenus. Ce programme contribuera  également au renforcement des ressources propres et extérieures des universités tunisiennes et établit une nouvelle structure en mesure d’impulser une plus grande importance aux activités de la coopération internationale et œuvre à l’amélioration des atouts d’attraction des étudiants étrangers.

– Élaborer une stratégie intégrée sur l’exploitation efficace et efficiente des plateformes technologiques.

Observatoire astronomique

Pour soutenir les capacités et les compétences de la jeunesse tunisienne et africaine dans le domaine de l’astronomie et de l’espace, en exploitant la science, la technologie et l’innovation pour atteindre les objectifs de développement durable dans tous les pays africains dans un domaine lié au développement humain et à son importance dans le présent et l’avenir, le gouvernement tunisien compte mettre en place, dans le cadre du partenariat tuniso-japonais, un observatoire astronomique d’enseignement et de recherche.

Emploi et formation professionnelle

L’amélioration de la qualité de l’offre de formation, le renforcement des capacités et le transfert du savoir et de la technologie japonaise, le renforcement de la coopération triangulaire entre la Tunisie, le Japon et l’Afrique par le biais de la restructuration du Centre sectoriel de formation en industries électriques et électroniques (Csfiee) d’El Omrane vise l’implémentation de nouveaux domaines de formation.

Education

La création d’une Unité de veille technologique pour l’analyse des données et la recherche appliquée en matière d’apprentissage et d’éducation a pour objectif la collecte et le stockage  et l’analyse des données produites par les différentes plateformes des systèmes d’information et les plateformes d’éducation et toutes les autres sources de données. Il consiste également  à installer des systèmes faisant recours aux alogarithmes  et aux techniques permettant aux ordinateurs d’acquérir la caractéristique d’apprentissage «Machine Learning» et «Deep Learning», en vue de donner des solutions d’apprentissage réservées aux élèves et aux enseignants, et ce, à travers le suivi de l’opération d’apprentissage et d’éducation aux niveaux individuel et collectif et l’amélioration des acquis des élèves en vue de réduire le taux d’interruption scolaire.

Projet de la Cité des sports de Sfax

Le projet consiste en un complexe de sport qui se compose d’un stade de football d’une capacité de 40.000 spectateurs et 3 terrains d’entraînement, d’une salle pluridisciplinaire d’une capacité de 6.000 spectateurs, d’un stade de rugby d’une capacité de 500 spectateurs, d’un stade d’athlétisme d’une capacité de 500 spectateurs, d’une piscine extérieure et d’un centre d’hébergement d’une capacité de 250 lits ainsi que de la construction d’un institut supérieur de sport et d’éducation physique à Gafsa.

Agriculture

La gestion intégrée des sédimentations dans le bassin du barrage de Sidi Salem et la protection contre les inondations du Medjerda en aval du barrage de Sidi Salem jusqu’au barrage de Laâroussia, vise la réduction de la sédimentation et la perte de la capacité de stockage des eaux dans le barrage  multi-usage de Sidi Salem, ce qui permettra de garantir la fourniture de l’eau potable, des eaux d’irrigation et de l’électricité pour une période  additionnelle estimée à 100 ans. Le projet réduit également l’ampleur des inondations et limite les dégâts potentiels dans les régions et les villes riveraines de Madjerda en aval du barrage.

La réhabilitation et réaménagement du port de pêche de Sfax, la mise en place de programmes de développement du secteur de la pêche et des activités connexes liées à l’économie bleue (Activités génératrices de revenus) favoriseront un modèle d’éco-Port et une croissance bleue (Portop).

Pour sa part, la Plateforme pratique smart-agri dotée de la technologie de pointe pour le développement des maillons des chaînes de valeur horticoles, renforcera les capacités des enseignants/formateurs et offrira des formations innovantes adaptées aux besoins du marché et permettant la maîtrise  et le transfert des paquets techniques, avec introduction des nouvelles technologies et amélioration nette de l’attractivité des spécialités agricoles.

Industrie et énergie

La création du Centre africain  d’accréditation et de certification vise la formation de formateurs  et experts africains en matière d’accréditation et de certification. Le plan de formation sera établi selon un calendrier annuel de cycles de formation sur les standards internationaux dans les domaines suivants : laboratoires d’analyse, essai et étalonnage

— Création d’un centre africain de la qualité et de la productivité

Création d’un Centre  pour l’amélioration de la qualité et de la productivité afin d’assurer la pérennité de l’activité économique et de contribuer à l’amélioration de la compétitivité des entreprises nationales

Le centre étend son rayonnement sur le continent africain.

Le Fonds africain vert pour la transition énergétique vise la promotion des investissements dans les domaines de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables dans le continent africain et représente une source de financement pour les pays africains en vue de les soutenir dans la transition énergétique dans le cadre d’une complémentarité entre les pays du continent et en toute harmonie avec les autres initiatives africaines.

Domaines de l’Etat et des affaires foncières

Le projet de numérisation des archives de la propriété foncière et la garantie de la pérennité du fonds documentaire de la propriété foncière, garantie via la numérisation et le stockage sécurisé des informations constituant le fonds documentaire de la propriété foncière.

Tourisme

Tenant compte du besoin du secteur de tourisme en Afrique pour le développement de cette industrie et du renforcement de sa compétitivité à l’échelle internationale et en vue de contribuer au développement durable à l’échelle nationale à travers l’appui à l’investissement en tourisme et le financement des projets d’aménagement touristiques dans les pays africains, il est important au niveau de la Ticad de proposer et avec la coopération de la BAD de créer un fonds d’investissement touristique pour les pays africains

La création d’un centre tuniso-africain pour la formation dans les métiers du toursime et de l’hôtellerie aura pour mission de former et de développer les compétences africaines dans le secteur du tourisme dans toutes les spécialités que ce soit modernes ou traditionnelles.

Transport

Le projet de construction d’une ligne ferroviaire de haute performance (High Performance Rail) a pour objectif de développer le réseau ferroviaire national par étape pour le passage à l’exploitation  de lignes de performance élevée et la connexion avec les grandes villes du Maghreb.

Le projet de création de zones logistiques; à Bir Mchergua du gouvernorat de Zaghouen, Ennfidha du gouvernorat de Sousse, Bouchemma du gouvernorat de Gabès et Zarzis du gouvernorat de Médenine; a pour but de créer une zone dédiée au développement des activités de transport et services logistiques reliés aux principaux axes de transport, des infrastructures et des  grands sites de production et de consommation.

L’aménagement et extension de l’aéroport Tunis-Carthage pour faire face au développement du trafic aérien a pour objectif d’augmenter la capacité des voyageurs (de 4,5 millions de voyageurs à 7,5 millions de voyageurs annuellement) et ceci par la construction d’une nouvelle zone d’enregistrement de bagage et de tri ainsi que la construction de salles d’embarquement sous forme de quai pour petits aéronefs tout en l’équipant de 6 passarelles téléscopiques et l’élargissement de l’espace des voyageurs.

Défense

Le projet d’une route de 320 km reliant Remada à Borj El Khadra a pour objectif de développer les villes intérieures et frontalières du désert tunisien, créer de la dynamique dans le désert tunisien et permettre l’investissement dans le domaine agricole, touristique, industriel et la création de zones d’habitation avec commodités essentielles à la vie telles que la santé, l’enseignement et autres.

Le projet de la Cité médicale Al Aghaliba au gouvernorat de Kairouen consiste en la création d’une ville médicale multi-disciplinaire au centre de la Tunisie (délégation Menzel Mhir du gouvernorat de Kairouen). La ville smart et eco-friendly abritera toutes les disciplines médicales. La ville Aghaliba sera constituée d’espaces d’activité intégrée et complémentaire, ce qui la rendra un pôle international d’investissement durable. Ce projet sera le premier en son genre en Tunisie et en Afrique par sa typologie sociale, économique et scientifique (environnement, technologie et industriel)

Santé

Construction d’un pôle de biologie moderne, nouveau bâtiment (High Tech), répondant aux exigences de l’activité biologique et respectant les règles de biosécurité et les normes fonctionnelles garantes de la qualité et de la rapidité des services de santé, pour l’intégration de trois laboratoires hautement prioritaires, dispersés géographiquement entre de nombreux anciens bâtiments, difficile à restructurer, le lancement de la première plateforme nationale publique de formation dans le service de simulation chirurgicale en utilisant des équipements de simulation de haute technologie et des moyens techniques modernes, la télémédecine dans le domaine des laboratoires de cathétérisme africain visent l’amélioration de la prise en charge du patient.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici