Samir Saïed : TICAD8, identifier de nouvelles perspectives de partenariat

0
268

La-Tribune Economique (TICAD8) – «La Tunisie aspire à devenir la plateforme idoine pour une coopération fructueuse tripartite tuniso-afro-japonaise dans les différents domaines, notamment les domaines technologique et scientifique.» C’est ce que déclare le ministre de l’Économie et de la Planification, Samir Saïed,dans une interview à Leaders. «La Tunisie œuvrera à cette occasion, poursuit-il, à bénéficier de cette initiative qui représente une opportunité pour renforcer et diversifier la coopération et identifier de nouvelles perspectives de partenariat, aussi bien avec le Japon qu’avec les pays africains.»

Interview

Qu’attend la Tunisie de la Ticad 8 ?

La Ticad est un foruminternational qui a pour objectif la promotion d’un dialogue politique de haut niveau entre les dirigeants africains et japonais sur des questions liées au développement de l’Afrique et l’intégrationdes priorités africaines dans les agendas de coopération internationale.

Les thèmes de cette conférence s’articuleront autour de trois axes principaux :

 Croissance durable et inclusive et réduction des inégalités économiques

 Société durable et résiliente fondée sur la sécurité humaine

 Paix et stabilité durables et soutien aux propres efforts de lAfrique

Cela est d’autant plus intéressant que l’organisation de cette conférence intervient dans un contexte particulier marqué par la dégradation de la situation économique internationale en rapport surtout avec la situation post-covid et la guerre en Ukraine.

Pays hôte de la 8e édition de la Ticad, la Tunisie est le deuxième pays africain à accueillir ce sommet, après le Kenya en 2016. Ce qui reflète la confiance du Japon mais aussi et surtout la vision convergente quant au développement de l’Afrique.

La Tunisie œuvrera à cette occasion à bénéficier de cette initiative qui représente une opportunité pour renforcer et diversifier la coopération et identifier de nouvelles perspectives de partenariat, aussi bien avec le Japon qu’avec les pays africains. La Tunisie aspire à devenir la plateforme idoine pour une coopération fructueuse tripartite tuniso-afro-japonaise dans les différents domaines, notamment les domaines technologique et scientifique.

Dans le cadre de cette démarche et cette orientation, nous aspirons également à être, d’une part, un site adéquat pour les entreprises japonaises afin qu’elles s’installent dans notre pays et, d’autre part, une porte d’entrée vers les marchés africains.

Cet évènement multilatéral d’envergure offrira également une occasion pour explorer de nouvelles opportunités d’investissement et de partenariat public-privé et de création de start-up dans des secteurs porteurs et à forte valeur ajoutée.

Pour les questions relatives à la coopération financière et technique tuniso-japonaise, notamment les projets de développement, mon département est en cours de finalisation de quelques propositions de projets en collaboration avec les secteurs concernés. Ils seront traités et discutés dans un cadre bilatéral en marge de la Ticad.

Outre le Japon, qu’en sera-t-il des partenariats avec les autres pays du continent africain?

Les échanges avec les pays africains sont prévus pour le renforcement de la coopération bilatérale et triangulaire.

La Ticad regroupera les décideurs politiques et les représentants du secteur privé japonais et africain.

Outre les plénières politiques au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement, cette rencontre sera marquée par une importante présence du secteur privé japonais, africain et tunisien. Le but étant de renforcer les liens de coopération économique et le partenariat dans des secteurs stratégiques d’intérêt commun.

Avez-vous prévu une coopération triangulaire Japon-Tunisie et autres pays africains?

Malgré les restrictions sanitaires qui ont imposé la limitation du nombre de participants, un programme d’événements parallèles (format hybride avec présence physique très limitée) est prévu, l’objectif étant de créer des partenariats triangulaires et intra-africains.

Le programme de ces évènements couvrira particulièrement une trentaine d’ateliers axées surtout sur des thématiques d’ordre économique et technologique, la recherche, l’économie du savoir, l’entrepreneuriat féminin, la santé,l’infrastructure…

Cette rencontre offrira également une occasion pour discuter des possibilités et des opportunités de coopération technique et d’échange d’expertise, au niveau bilatéral et triangulaire, sachant que des projets de coopération triangulaire sont déjà en cours d’exécution dans les domaines de l’agriculture, de l’éducation, des nouvelles technologies au profit de certains pays africains dont le Tchad, Djibouti et le Cameroun. Des propositions de projets de coopération pour d’autres pays africains ont été soumises à la Jica pour étude.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici